POLITIQUE
Le Canada boycotte les événements marquant la conférence des Nations Unies contre le racisme en raison des préoccupations concernant les déclarations anti-Israël

Le Canada boycotte les événements marquant la conférence des Nations Unies contre le racisme en raison des préoccupations concernant les déclarations anti-Israël

Le gouvernement fédéral a annoncé qu’il boycotterait les événements commémorant le 20e anniversaire d’une conférence des Nations Unies contre le racisme en Afrique du Sud, invoquant l’héritage de la critique d’Israël.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré que le Canada se joindrait aux États-Unis et à l’Australie, qui ont déjà annoncé qu’ils n’assisteront à aucune des commémorations prévues en septembre.

<< Le Canada demeure déterminé, au pays et à l'étranger, y compris à l'ONU, à faire progresser les droits de la personne, l'inclusion et à combattre l'antisémitisme, l'islamophobie et le racisme systémique sous toutes ses formes. Le Canada s'oppose aux initiatives des Nations Unies et d'autres forums multilatéraux qui dénoncent injustement et cibler Israël pour la critique », a déclaré le porte-parole.

<< Le Canada est préoccupé par le fait que le Processus de Durban a et continue d'être utilisé pour promouvoir un sentiment anti-Israël et comme forum pour l'antisémitisme. C'est pourquoi nous ne prévoyons pas d'assister ou de participer aux événements entourant le 20e anniversaire de la Déclaration de Durban et Programme d’action. "

La Conférence mondiale de 2001 contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, également connue sous le nom de Durban I après la ville sud-africaine où elle s’est tenue, a été perturbée par des débrayages organisés par des délégations nationales offensées par des sentiments anti-israéliens.

Le Canada a envoyé une délégation, mais le ministre des Affaires étrangères de l’époque, John Manley, est resté en arrière et a exprimé ses inquiétudes au sujet du projet de communiqué et de l’incitation de certains pays à faire valoir qu’Israël était fondé sur des principes racistes.

En fin de compte, le Canada a émis une déclaration de réserve sur sa déclaration finale, qui comprenait une déclaration de préoccupation pour le «sort du peuple palestinien sous occupation étrangère». Le document s’est arrêté avant de condamner directement Israël.

Le gouvernement conservateur a par la suite boycotté des événements similaires en 2009 et 2011; Le ministre de l’Immigration de l’époque, Jason Kenney, a qualifié les conférences de «haine».

L’ancien ministre fédéral de l’Immigration Jason Kenney a qualifié les conférences de Durban de « hainefest ». (LA PRESSE CANADIENNE)

Plus tôt cette année, au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Canada a signé une déclaration américaine qui citait l’anniversaire de Durban et appelait les pays à ratifier la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Cela a mené à la spéculation que le gouvernement libéral assisterait à des événements à l’automne.

B’nai Brith Canada et les Amis du Centre Simon Wiesenthal (FSWC) ont publié une déclaration exhortant le Canada à boycotter à nouveau l’événement.

« Ce processus a reçu le soutien de longue date des antisémites qui ont détourné l’ordre du jour de la conférence pour faire progresser leurs attitudes venimeuses envers Israël et les Juifs », ont-ils écrit dans un communiqué de presse.

«À une époque où l’antisémitisme ne cesse de croître dans le monde, le Canada doit poursuivre sa politique de longue date de boycott de Durban et de rejet de tous les efforts visant à glorifier ou à honorer les événements scandaleux de Durban I.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *