SANTÉ
Le Québec élargit la vaccination prioritaire à plus de maladies chroniques, aux personnes handicapées

Le Québec élargit la vaccination prioritaire à plus de maladies chroniques, aux personnes handicapées

Jeudi, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a publié une nouvelle liste de maladies chroniques et de maladies qui qualifieront les gens pour la vaccination prioritaire.

Dès 8 h le vendredi, les personnes atteintes de maladies chroniques éligibles, âgées de moins de 60 ans, pourront s’inscrire à des rendez-vous dans les centres de vaccination ou les pharmacies. Ils n’ont plus besoin d’être hospitalisés, comme cela était initialement prévu.

le nouvelle liste de conditions est comme suit:

  • Les personnes sous dialyse pour insuffisance rénale, en ambulatoire.
  • Immunosuppression sévère.
  • Les personnes subissant une chimiothérapie ou une radiothérapie pour un cancer.
  • Affections cardiaques ou pulmonaires sévères.
  • Obésité (un indice de masse corporelle de 35 ou plus).
  • Diabète.
  • L’anémie falciforme.
  • Le syndrome de Down.
  • Conditions médicales causant des problèmes d’évacuation des sécrétions respiratoires.
  • Démence, maladies d’Alzheimer et de Parkinson.
  • Lésion de la moelle épinière.
  • Troubles neuromusculaires.

Province s’appuyant sur la bonne foi

Contrairement aux personnes travaillant dans les services essentiels qui doivent présenter une preuve de leur emploi, aucune preuve ne sera requise pour ce groupe. Dubé a déclaré que le gouvernement s’appuierait sur un système d’honneur.

« S’il y a des individus qui essaient de tromper le système, c’est inévitable », a déclaré Dubé. « Nous devons faire confiance aux gens. »

Il a dit que tout le monde aura accès à un vaccin dans «quelques semaines» et que les Québécois comprennent qu’ils doivent attendre leur tour «par respect pour les autres».

Dubé a souligné que « il y a des gens qui courent plus de risques que nous » et ils auront leur chance en premier.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dube, a annoncé les nouveaux critères pour les personnes atteintes de maladies et d’affections chroniques pour obtenir des vaccinations prioritaires. (Jacques Boissinot / La Presse canadienne)

Les personnes handicapées peuvent s’inscrire la semaine prochaine

De plus, à compter du 28 avril, toute personne ayant une déficience physique ou intellectuelle pourra prendre rendez-vous. Cela comprend les personnes atteintes de troubles de la parole, du langage, de la vision, de l’audition ou de l’autisme.

Les rendez-vous peuvent être pris soit dans une clinique de vaccination, soit dans une pharmacie. Pour ce groupe, un soignant par personne éligible peut également s’inscrire.

«Nous sommes très heureux d’inclure les aidants naturels», a déclaré Dubé. Il a expliqué que le gouvernement avait entendu les préoccupations des personnes qui avaient besoin d’aide pour se rendre à leur rendez-vous pour le vaccin.

Le gouvernement a précisé que ces critères s’appliquent aux personnes âgées de 18 ans et plus.

Ils peuvent prendre rendez-vous en visitant www.Québec.ca / vaccinCOVID.

Le directeur de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a précisé que, pour l’instant, les femmes enceintes ne sont pas incluses dans ce groupe prioritaire à moins qu’elles ne souffrent d’une maladie chronique.

«Je ne dis pas que les femmes enceintes ne sont pas du tout à risque, elles sont plus à risque que les personnes non enceintes. Mais elles ne sont pas aussi à risque que toutes les autres que nous vaccinons en premier», a déclaré Arruda.

Selon le ministère de la Santé, la vaccination de la population générale débutera fin mai.

Le 7 avril, la province a publié la première liste des problèmes de santé admissibles, y compris les personnes hospitalisées en raison d’une maladie chronique comme une maladie cardiaque, rénale ou pulmonaire.

La tâche de vacciner la première série de personnes atteintes de maladies chroniques incombait au personnel hospitalier et aux pharmaciens. Beaucoup se sont plaints de la confusion quant à savoir s’ils étaient éligibles, et où et quand ils pouvaient se faire vacciner, en particulier pour les personnes en soins ambulatoires.

À l’époque, certains pharmaciens ont critiqué le gouvernement pour ne pas avoir fourni suffisamment de clarté dans leur première annonce.

Pfizer intervient pour fournir plus de doses

Selon le gouvernement fédéral calendrier prévisionnel, Le Québec recevra 450 000 doses de Pfizer par semaine à compter de la semaine du 3 mai. La première semaine de juin, cette estimation passe à 546 000 doses par semaine.

Pour Moderna, le Québec devrait recevoir 137 000 doses la semaine du 26 avril.

En raison de la pénurie de vaccins Moderna, ceux qui l’ont reçu en première dose auront probablement une autre marque pour leur deuxième dose.

Le Dr Donald Vinh, expert en maladies infectieuses à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, explique les trois résultats possibles du mélange de vos première et deuxième doses. 1:52

Lors de la conférence de presse de jeudi, Arruda a déclaré que le protocole consistait à donner aux gens la même marque de vaccin que leur première dose, mais si cela n’est pas possible en raison de problèmes d’approvisionnement, il pense qu’offrir une deuxième dose d’une marque différente est sans danger.

Arruda a ajouté que d’autres études sont nécessaires pour déterminer si les gens peuvent combiner Moderna et AstraZeneca pour leurs première et deuxième doses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *