MEILLEURES HISTOIRES
Les histoires Instagram de femmes autochtones sur la sensibilisation au MMIWG disparaissent le jour de la robe rouge

Les histoires Instagram de femmes autochtones sur la sensibilisation au MMIWG disparaissent le jour de la robe rouge

Les femmes au Canada qui sont liées au mouvement des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées (MMIWG) se demandent pourquoi leurs publications sur les médias sociaux ont disparu un jour destiné à sensibiliser le public au problème.

«Un tas de contenu exclusivement consacré aux femmes et aux filles autochtones disparues et assassinées vient de disparaître du jour au lendemain», a déclaré Emily Henderson, une écrivaine inuite sur les arts et la culture de Toronto.

Le 5 mai, de nombreuses personnes au Canada portaient des robes rouges et des rubans rouges suspendus pour la Journée de la robe rouge, qui coïncide avec la Journée nationale de la sensibilisation aux femmes autochtones disparues et assassinées aux États-Unis.

Henderson, qui a créé mercredi un post Instagram en quatre parties, s’est réveillé jeudi pour grouper des messages disant que le message qu’elle avait publié, ainsi que d’autres destinés à sensibiliser le public au MMIWG, avait disparu des histoires Instagram de ses amis.

«Il est très suspect que seuls les messages de la Journée des femmes autochtones soient manquants et assassinés», a déclaré Henderson, qui a déclaré que des amis du Canada et des États-Unis avaient fait disparaître des histoires de l’application.

« Le jour où nous faisons le plus de deuil et le plus de traitement, et c’est une expérience incroyablement lourde pour la communauté, que soudainement les voix, nos voix, nos ressources, nos histoires sont en quelque sorte effacées sans laisser de trace ou explication. »

Henderson, qui utilise souvent ses plateformes de médias sociaux pour éduquer les gens sur les questions autochtones, a déclaré que son message avait été partagé plus de 500 fois. Elle a dit que l’on avait l’impression que les peuples autochtones «étaient éclairés par les algorithmes».

«  Problème technique mondial  », déclare Instagram

Jeudi après-midi, les communications d’Instagram ont publié un tweet qui disait: « Nous savons que certaines personnes rencontrent des problèmes lors du téléchargement et de la visualisation d’histoires. Il s’agit d’un problème technique mondial très répandu qui n’est lié à aucun sujet en particulier et nous le corrigeons en ce moment. Je vous fournirai une mise à jour dès que possible. « 

Shanese Steele a posté mercredi une photo d’elle tenant sa main sur sa bouche à côté d’une peinture en aérosol qui dit « plus de sœurs volées ».

Elle a déclaré que les publications sont souvent «interdites par l’ombre» par les applications de médias sociaux, une pratique où les plates-formes restreignent, limitent ou empêchent le contenu d’être vu par le public.

«J’ai remarqué que cela arrive souvent aux Noirs, aux Autochtones et aux Marrons qui parlent de choses politiques», a déclaré Steele, qui est Anishinaabe-Métis et Trinidadien.

Pour Kakeka Thundersky, un organisateur communautaire à Winnipeg, des jours comme le 5 mai sont généralement une journée pour que la communauté se rassemble, se rallie et se soigne ensemble.

« Nous sommes dans le code rouge depuis si longtemps et tant d’autres communautés le sont aussi. Tout le monde est coincé à la maison sur son téléphone, incapable de se rassembler et de se rendre aux rassemblements, incapable de parler en face à face avec les gens ». dit Thundersky.

Elle a déclaré que le partage d’informations via les médias sociaux permettait également aux gens de transmettre des messages qui ne sont pas toujours partagés dans les médias grand public.

Henderson a déclaré que ses options pour s’engager avec sa communauté dans la vraie vie «ont été vraiment limitées».

« L’espace numérique en général est vraiment, vraiment important en ce moment, simplement pour maintenir les connexions ou les connexions communautaires. »

Shanese Steel est une écrivaine et créatrice de contenu afro-autochtone basée à Toronto. Elle dit qu’elle a posté cette photo sur Instagram mercredi et qu’elle a disparu des histoires des gens du jour au lendemain. (Lindsay Duncan)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *