SANTÉ
Pourquoi comparer les chiffres d’hospitalisation COVID entre les provinces n’est pas une pomme à pomme

Pourquoi comparer les chiffres d’hospitalisation COVID entre les provinces n’est pas une pomme à pomme

Le nombre de patients atteints de COVID-19 à l’hôpital et en soins intensifs a augmenté dans de nombreuses provinces ces derniers temps, mais la comparaison de ces chiffres n’est pas exactement une comparaison de pommes à pommes. Toutes les provinces ne comptent pas les patients de la même manière.

La principale différence est de savoir si les chiffres officiels incluent les patients qui restent à l’hôpital ou dans les unités de soins intensifs (USI) mais qui ne sont plus considérés comme infectieux.

En Alberta, ces patients sont inclus dans les données que la province publie quotidiennement.

«Nous les signalons tant qu’ils sont hospitalisés avec le COVID-19 comme cause contributive, qu’ils soient infectieux ou non», a déclaré le porte-parole de l’Alberta Health, Tom McMillan.

Les responsables de la santé au Québec et en Saskatchewan disent qu’ils comptent les patients de la même manière.

Mais la Colombie-Britannique le fait différemment.

«Les patients en soins intensifs de la Colombie-Britannique atteints du COVID-19 qui ne sont plus infectieux ne figurent pas dans les totaux des soins intensifs qui sont rapportés quotidiennement», a déclaré Justine Ma de la Provincial Health Services Authority de la Colombie-Britannique dans un courriel.

Il n’est pas tout à fait clair si la même chose s’applique aux patients de la Colombie-Britannique qui sont hospitalisés à l’extérieur des unités de soins intensifs. Demandé des éclaircissements à ce sujet, Ma n’a pas répondu.

Le Manitoba, quant à lui, rapporte les deux chiffres.

À partir de mercredi mise à jour quotidienne, la province a déclaré que 61 patients étaient hospitalisés avec un COVID-19 actif, ainsi que 79 autres patients qui ne sont plus contagieux mais continuent de nécessiter des soins, pour un total de 140 hospitalisations.

Cela comprenait 12 patients en soins intensifs qui restent contagieux et 18 qui ne sont plus contagieux, pour un total de 30.

L’Ontario a récemment commencé à faire cette distinction en ce qui concerne les patients aux soins intensifs, mais pas pour le nombre total de patients hospitalisés.

L’Ontario modifie la méthode de déclaration des soins intensifs

Depuis la semaine dernière, le Données officielles du gouvernement de l’Ontario a commencé à faire la différence entre le «nombre de patients en USI, testés positifs pour COVID-19» (c’est-à-dire ceux qui sont encore considérés comme infectieux) et le «nombre de patients en soins intensifs, testés négatifs pour COVID-19».

Mercredi, les données montraient au total 504 patients atteints de COVID dans les USI de l’Ontario, dont 476 étaient toujours testés positifs et considérés comme infectieux.

Le gouvernement de l’Ontario avait faire l’objet de critiques récemment pour avoir déclaré le nombre le plus bas seulement, tandis que Critical Care Services Ontario, un organisme gouvernemental distinct, a rapporté le nombre le plus élevé.

Tournée vers le public de l’Ontario Site Web de données COVID affiche maintenant les deux nombres: le nombre le plus élevé dans la «vue d’ensemble des cas» quotidienne et les nombres inférieurs dans un graphique des données d’hospitalisation passées.

On ne sait pas comment le Nouveau-Brunswick rapporte ses données, qui montraient 18 personnes à l’hôpital mercredi, dont 12 en soins intensifs. CBC News a demandé des éclaircissements au ministère de la Santé de la province, mais n’a pas encore reçu de réponse.

Dans le reste du Canada atlantique, les hospitalisations pour COVID-19 restent rares.

Mercredi, la Nouvelle-Écosse signalait un patient à l’hôpital (à l’extérieur de l’unité de soins intensifs), tandis que l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador ont signalé chacun zéro patient hospitalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *